08
Juil
14

On (se) bouge ?

L’entrevue, suivant celle de la Présidente du CCV, Collectif du Chêne-Vert, avec la Mairie, s’est donc déroulée lundi 30 juin 16h en Mairie, entre Mme le Maire et le Vice-président de l’ACV, Arboretum du Chêne-Vert :


points 1 et 2 : rétablir le lien « journées la Quintinie » et « Arboretum » :
ils ont été vite éclaircis et l’Arboretum devrait réintégrer les journées « la Quintinie »


point 3 : signalisation entrées du village

(cette demande avait été faite il y a une dizaine d’années, puis abandonnée au prétexte « DDE » de la surcharge sur les panneaux existants, 6 lignes maxi par poteau
notre projet de situation des panneaux à été remis à Mme le Maire)

évidemment autant que malheureusement ou banalement, le tourisme comme produit d’appel est rarement ressenti en ce sens par ces petites municipalités.
(re : 6e l’entrée pour 4h de visite et l’apéro en fin, l’Arboretum, seul site touristique du village, reste d’abord ce type de « produit d’appel » pour le village, et ses commerces (vêtements, alimentation, restauration pour les principaux.)
. . . d’où, souvent, l’échec de sites touristiques par elles-mêmes édifiés, faute d’avoir envisagé le lien avec les activités ordinaires de tout village :
on ne visite pas un lieu lors de « courses », mais il arrive « souvent » qu’on ait besoin d’un magasin lors d’une autre raison de passage dans un bourg ; le commerce (hors les exceptionnels « chemin de la soie ») n’est donc qu’une conséquence et en aucun cas une cause de vie.

Nous rappellerons ici que l’ACV abrite 3 collections CCVS, Conservatoire des Collections Végétales Spécialisées, et est le seul jardin botanique agréé JBF, Jardins Botaniques de France du département Charente, et le 3e de la Région après Niort et Poitiers.


point 4 : signalisation parking
(nécessaire lors de visites de groupes, écoles, en nombres de véhicules ou autocar)

« sauf » à ce que les visiteurs se considèrent comme riverains

 

accès côté Chabanais :

on bouge 2

accès côté Limoges :

on notera que de ce côté, l’accès n’est pas « réservé aux riverains »
et que cet ensemble de bâtiment figure l’origine de ce lieu-dit Auberge de Chassat, du temps où les Postes nécessitaient quelques relais de diligences

on bouge 4

« voir si cette signalisation relève de la municipalité ou de « la route » « 


point 5 : signalisation travaux au rond point : accès commerces et Zone « industrielle » (toujours en construction d’accès et donc sans occupants) mais (et) pas Arboretum
on notera que les 2 sites touristiques, intégralement financés par le Citoyen, et non situés sur la commune, sont bien implantés depuis ce nouvel accès au village

on bouge 3
« eh oui . . . on ne pense jamais à tout »


point 6 et 7 : finition bordure devant la maison du bord de la route – bas côté route le long de l’arboretum
voir aussi : http://chabanais16.com/2014/06/19/du-nettoyage/
je précise qu’il serait opportun de profiter des travaux en cours sur l’autre bord de la route pour régler ces deux détails,
de même que l’ACV est prêt à prendre en charge le coût des matériaux éventuels à apporter.

accès à l’arboretum du parking :

déjà souvent évoqué
l’originalité du trottoir « surbaissé » saute aux yeux sur cette image

on bouge 5

accès au parking depuis l’arboretum :

déjà souvent évoqué

on bouge 1

« façade » de l’arboretum :

déjà souvent évoqué

on bouge

cette bordure se transforme en ruisseau lors des pluies, d’autant qu’elle devient le déversoir des eaux de la route inclinée en ce sens

Rendez-vous est pris pour étudier sur place mercredi 2 juillet puisqu’une visite de chantier y est programmée.

Ce mercredi, sur place à 14h30 devant la maison, je « les » ai vu, jusqu’à 15h, (au moins 3 élus dont Mme le Maire accompagnant 4-5 gilets-fluo) « expertiser » l’autre bord de route . . . puis faire demi-tour sans le moindre signe ; la chaise posée devant la porte sur le trottoir et sur laquelle j’étais assis ne me rendait-elle pas assez « perceptible » ?
Ou continue-t-on dans le oui-oui de ces dix dernières années ?

Les arbres poursuivent allègrement leur croissance et développement

19
Juin
14

du nettoyage

courrier envoyé le 4 juin 2014

Madame le Maire,

Je viens vous alerter sur 2 points auxquels je suis régulièrement confrontée en tant qu’usager et riverain de l’ex RN 141.

  • les grilles d’égout sont trop rarement nettoyées, (alors que les tondeuses sont passées généreusement) ce qui ne favorise pas un écoulement et une évacuation des eaux pluviales de façon satisfaisante ; j’ai dû « vider » plusieurs fois la grange attenante à la maison.
  • il avait été convenu avec l’ancienne municipalité, lors de la réalisation du rond-point, que dans le cadre de l’aménagement de l’arboretum, la bande herbeuse située en limite de propriété au niveau du parking réservé aux riverains, serait entretenue par nos soins.

C’est ainsi que depuis, j’essaie de rendre agréable à la vue cette bordure ; d’autant plus que pour la cité de Jean de la Quintinie, il n’y a rien d’extraordinaire à cela et je ne suis pas la seule à agir à Chabanais dans ce sens. (Je ramasse régulièrement les déchets jetés par les fenêtres des voitures et autres gants plastiques)
Vous comprendrez donc ma surprise quand je me suis rendue compte que le désherbant avait été utilisé brûlant quelques plantes.

C’est vrai, nous apprécions l’absence des camions mais il nous reste à nettoyer murs et fenêtres « gasoilés » et nous attendons toujours la réfection du « trottoir » devant la maison (79 route de Limoges)

Journée de la nature, Journées de la Quintinie, Journées du Patrimoine, Développement durable, Biodiversité, Amélioration du cadre de vie, Village touristique : voilà pêle-mêle ce qui me détermine à vous écrire aujourd’hui en espérant que des mesures simples et non coûteuses seront à l’avenir prises : non au désherbant, oui au nettoyage des grilles d’égout !

Vous remerciant de votre attention
Marie- Thérèse Vignaud
Le Chêne vert
Chabanais

desherb

trottoir

05
Juin
14

c’était écrit

c’était écrit :
et d’autres pages de ce mémoire

la semaine dernière,

d’ici :

Calocedre 3

à là :

« l’arbre* est tombé le monsieur peut passer sa voiture »

calocedre chassat

quelques minutes ont suffi

à effacer quelques deux siècles d’histoire

Malgré la parole du Président de la Comcom en 2013 « il n’est pas question de toucher à un seul de ces arbres »

le « progrès » c’est sans doute ce stakhanovisme de la persistance dans l’erreur, aveuglé d’oreilles atrophiées

Des arbres tombent

Quelques armes, pour utiliser les mots de ces-gens-là, de construction moins massives continuent malgré tout à planter

*le plus majestueux Calocedrus decurrens, de France au moins, que j’ai vu

En attendant l’artiste, et ses autres voisins planifiés, il a rejoint le « cimetière des éléphants »

cimetièretout au fond de l’image on aperçoit le grenier d’où enfant déjà je l’admirais

24
Mai
14

« Espaces Verts »

Quelle entrée de village souhaitons-nous ?

ces massifs entretenus par les « services espaces verts », donc professionnels de la Commune ?

espace vert

ou celui-ci, aussi municipal, gracieusement entretenu par les riverains amateurs ?

espace vert 1

ces deux massifs font partie du même ensemble et composent les bas-côtés face-à-face de la route en bordure du rond-point.

Est-il bien nécessaire de compléter cet article par le bilan comptable des deux massifs : quantité de main d’oeuvre, temps et investissements matériels mis à disposition pour ces opérations ?
(dans ces coût on ne tiendra pas compte mesquinement de l’origine des financements, publics ou privés)

21
Mai
14

« Et mon frère le corbeau à l’autre bout du champ … »

ACV – Arboretum du Chêne-Vert
16150 Chabanais
Jeanlouis Vignaud
à
Mme le Maire
16150 Chabanais
copie :
Lettre ouverte

Ce dimanche 18 mai 2014, vers 18h, des rafales d’explosions se succédaient alentour de l’Arboretum et des Gîtes du Chêne-Vert. Un rapide regard en direction de l’origine supposée des armes me suffit à comprendre que le groupe de corbeaux domiciliés dans la peupleraie voisine en était la cible.

chasse

J’étais alors en cours de visite guidée de l’arboretum avec un groupe de 6 personnes ; la fusillade ne cessant pas une demi-heure plus tard, les visiteurs énervés autant qu’indisposés décidèrent de quitter le lieu, réclamant la gratuité de leur visite perturbée à cause de cette animation, d’autant plus inhabituelle si proche d’un refuge LPO (Ligue de la Protection des Oiseaux)

Me rendant alors à l’accueil du site, je fus reçu par la famille, installée le matin au Gîte, qui déçue de ne pouvoir dîner sur la terrasse en ce premier jour de vrai beau temps du fait du vacarme, quittait le site avec la même revendication financière.

La Gendarmerie, contactée par téléphone (17) lors de cette chasse, me précisera qu’en effet certaines « battues » ont été décidées par la Préfecture dans cette période.
La Mairie du village me fera part dans les mêmes conditions le lundi suivant qu’un courrier reçu ce même lundi, donc le lendemain, les informe du fait de cette battue effectuée la veille, donc le dimanche.

– Comment se fait-il que le service public municipal (Mairie) n’ait pas été informé de la décision – intervention – délégation, du service public départemental (Préfecture) ?
– Et donc par suite démocratique logique, que l’Arboretum n’ait pas été informé a priori afin de prendre les mesures d’accueil des touristes adaptées à la qualité d’accueil ?

– Au vu de cette image, qui ces corbeaux pouvaient-ils bien déranger ?
(aucune nuisance de cet ordre n’a été portée à notre connaissance, que ce soit de la part des voisins, gîteurs ou visiteurs, et quelque soit leur nationalité, depuis les années de présence de ces volatiles ; par contre nous sommes toujours aussi nombreux à être dérangés par ces nouveaux vroum-vroumeurs en bagnoles ou pétrolettes considérant la route désertée comme une nouvelle piste de jeu)
– Cette seule opération, si sine qua non, devait-elle se produire un dimanche, jour privilégié du tourisme ?
– Quels autres individus cette opération aurait-elle gênés en jours ouvrés, dans une zone ne comptant que quelques habitants et des ouvriers confrontés par fonction aux bruits des machines ?
– En quoi le bruit du moteur est-il moins dommageable que le chant des oiseaux ?
– Ce site touristique est-il négligeable par son statut « privé » et associatif, même s’il est surtout un produit d’appel pour le commerce local ?

– Que penser du récent article de presse diffusant la volonté du Conseil général de re-valoriser la plantation de peupliers, habitat préféré des corbeaux, aux mêmes temps que les agriculteurs utilisent la méthode, plus douce, d’éradication de l’espèce animale par destruction de leurs peupleraies ?*
– Le problème de régulation des populations animales jugées « nuisibles » ne peut-elle trouver de solution au XXIe siècle que par le bruit des canons ?*
* voir sur ces points la revue « la hulotte » N50
« la hulotte » est par ailleurs un organisme auquel l’ACV est affilié à travers son club CPN (Connaître et Protéger la Nature), clubs destinés à apprendre, aux enfants aussi, le respect de la vie et son environnement quelle qu’en soit son origine animale ou végétale.

Une petite scène, 40 secondes, de la vue de la peupleraie depuis l’arboretum, agrémentée des fonds sonores agressifs et de ceux, pleureurs et effrayés des corbeaux assistant impuissants au massacre de leur progéniture à cet endroit qui pourtant devait les tenir à l’abri de la sauvagerie urbaine.
Voir-entendre la vidéo :
https://www.dropbox.com/sc/lyd53iyx22pz2tf/AADx-NS5rP7RBfOmeHKvOCREa

08
Nov
13

mais qu’il est nâtre ce bourrin !

(aurait dit ma grand-mère)

. . . parce qu’il ne peut pas s’agir d’un dernier soubresaut de mandature municipale
n’est-ce pas ?

DSC_0027zut, la spirée déborde un peu de la limite

DSC_0028par contre les lamiers, pervenches et autres jonquilles printanières sont bien sarclées

DSC_0029on notera l’habileté du pilote :

  • le ruban n’est pas coupé,
  • les piquets pas bousculés
  • et la courbure de pénétration dans le domaine privé est un modèle de tenue du volant

forcément, une écharogneuse, c’est pas tellement pratique pour nettoyer les caniveaux
et il était plus important de couper l’herbe avant les fortes pluies annoncées risquant encore une autre fois inonder la grange

DSC_0030

10
Jan
12

Une Vienne

Travail de stage « tourisme »

réalisé par Aurélien (14 ans)

à l’Arboretum du Chêne-Vert

du 12 au 16 décembre 2011

(le jeu consistait à présenter aux 3 maires des communes concernées, Chabanais Exideuil Chirac, un projet de développement touristique commun)

– – –

Projet touristique

Développement du tourisme par valorisation la  vallée de la Vienne

1. analyse de l’existant

La distance entre chabanais et Exideuil est de 3 km.
1. parking (équivalent Exideuil au point 9)
2. le jardin public
3. la passerelle
11. arboretum
12. camping
13. base nautique
15 piscine ; tennis ; camping ; stade

2. projet de complément

La Vienne entre les deux ponts

3. saut a l’élastique
4. animation pour enfant
5. gué
6. guinguette
7. jeux pour enfant
8. décoration du mur de l’usine
9. île
10. terrain de boule
11. arboretum
12. camping
13. base nautique
14. parcours santé
Le circuit touristique :
Le chemin dans son ensemble sera aussi utilisé pour
•    la découverte (observation) et l’étude de la faune
•    la flore, (complétée par places, en « chemin botanique »)
•    la randonné (piéton, vélo, cheval)
•    le parcours sportif (piéton, vélo, cheval)
•    points de pêche

3. synthèse

Quel que soit le projet touristique (vallée de la vienne, village, jardin, musée) le principe reste le même : « faire un tour ». Le projet que nous proposons de mettre en place est étudié pour correspondre à tous les âges et a toutes les populations (dont handicapées).
3 espaces de jeux pour les enfants sont aménagés : un sur la commune de chabanais, un sur la  commune d’exideuil, un sur la commune de Chirac. Une guinguette pour chaque commune.
Même Le saut à l’élastique serait envisageable comme activités à la mode. Il y a aussi des vélos qui sont disponibles pour tout le monde (a négocier avec un louer extérieur).
Nous vous proposons d’aménager 2 gués. Il ne s’agirait en faite que de retrouver les 2 anciens gués amont du pont d’Exideuil et aval du pont de Chabanais. Le mur de l’usine pourrait être décoré par des artistes locaux et des sculpteurs locaux. L’arboretum d’Exideuil à le potentiel d’être agrandi.
Le parcours pourrait être agrémenté d’un ou plusieurs kiosques positionnés judicieusement, voire en association aux guinguettes. La pêche serait valorisée si elle bénéficiait d’une ou plusieurs station. L’installation d’un but (football, basket-ball) serait  un plus pour les enfants. Le chemin dans son parcours, et dans ses principaux accès, doit être adapté aux handicapés.
Il nous parait évident  que ce types de développement touristique rejette de lui-même les engins motorisés. Ce  projet est conçu pour développer le tourisme sur les communes de Chabanais, Exideuil, Chirac. Cela permettra de progressivement faire de ces 3 communes un lieu de vacances habituel pour certains touristes. Ce serait aussi une activité supplémentaire proposée aux habitants du territoire.
Chaque membre d’une famille pourrait se détendre autour des ces 6 kilomètres ; nous avons écarté une activité (accrobranche) du fait de la proximité de celui de Massignac. Des activités aquatiques (pédalo, voile sur rivière, plongées) mériterait d’être réfléchies.
L’idée d’une exploitation complémentaire touristique de la piscine n’est pas à écarter ; le camping devrait être valorisé pour être intégré au circuit. Le stade bénéficierait d’une fréquentation plus intense s’il était également ajouté au circuit touristique.
Le pédalo, la plongée sous marine, la natation et la voile sont quatre autres activités possibles. Le projet est un atout touristique pour la Charente-limousine, il complète l’offre existante : le sommet de la Charente (Montrollet), la forêt d’Etagnac, le site Corot en Haute Vienne limitrophe, les thermes gallo-romains (Chassenon), l’Arboretum du Chêne-Vert (Chabanais), les Lacs de Lavaud (Pressignac), l’espace météorite (Rochechouart, Pressignac), et tous les châteaux et églises du Pays.

– – –

Nous reviendrons plus profondément sur cette ébauche, d’aménagement de territoire intercommunal, d’autant que l’association Randonnée Chabanoise oeuvre aussi sur ce tracé

Le tracé vert correspond sensiblement à l’étude, le tracé rose représentant  les chemins publics volés* par les agriculteurs

(

*vol : Le vol est la soustraction frauduleuse de la chose d’autrui – article 311-1 du code pénal,

  • LIVRE III : Des crimes et délits contre les biens
    • TITRE Ier : Des appropriations frauduleuses.
      • CHAPITRE Ier : Du vol.

      )




Entrer votre adresse e-mail

Rejoignez 14 autres abonnés

un blog lancé par

jeanlouis Vignaud

Follow Chabanais on WordPress.com

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.